Cet article a été écrit par Jean-Philippe Martinez auteur du blog Capital Social dans lequel il aborde la problématique de la création et du financement de sociétés innovantes. Jean-Philippe est également Consultant Senior en charge du Département Entreprises au sein du cabinet Interfaces, Directeur de la Pépinière d'Entreprises EOLE de Narbonne.

Il fut un temps où lorsqu’une entreprise concevait puis lançait une application ou un nouveau service, cette dernière développait tout un arsenal pour contrôler au maximum la courbe de vie du produit. S’il était envisageable de sous-traiter la production, il paraissait inconcevable de faire appel à des tiers indépendants et non choisis pour enrichir la gamme et proposer de nouvelles applications.

Depuis on a franchi un cap, puisque non seulement certaines entreprises sont prêtes à collaborer avec des prestataires professionnels reconnus, mais d’autres pratiquent l’appel public à l’innovation.

On connaissait l’appel public à l’épargne, ce mécanisme qui permet à une entreprise de lever des fonds auprès de n’importe quels épargnants. Avec cette pratique boursière, une entreprise peut être financée sans jamais connaître personnellement tous ses actionnaires.

Et bien maintenant nous assistons à l’appel public à l’innovation où des entreprises de tailles mondiales mettent en place des aides voire des financements pour tous créateurs pouvant leur amener directement ou indirectement un supplément de chiffre d’affaires via la proposition de nouvelles applications. Vous voulez des exemples ?

Facebook

Facebook le célèbre site de networking américain pour étudiants a lancé Facebook Funds, un fonds doté de 10 millions de dollars dédié aux entreprises qui conçoivent des applications qui permettent à l’entreprise de multiplier les services.

Le financement sous la forme de bourse atteindra entre 25 000 et 250 000 dollars. Deux Capitaux Risqueurs vont gérer le fonds : Founder Fund et Accel Partners qui pour ce dernier a financé Facebook.

MySpace

MySpace fait de même en lançant le fonds Slingshot Labs. Au-delà de l’argent, les créateurs du fonds souhaitent mettre à la disposition des entrepreneurs un ensemble de prestations permettant à ces derniers de se développer rapidement (recours à des consultants, aide à la commercialisation, mise en relation…).

L’intérêt pour MySpace étant de participer à l’éclosion de services qui utiliseront sa plateforme et ceci sans développer en interne un pool de recherche et développement.

Sun

Sun met à la disposition d’entrepreneurs différentes prestations afin :

  • d’être en permanence à l’écoute de l’évolution de la demande (c’est une manière de faire de la veille)
  • de connaître les dernières avancées technologiques en amont ou en aval de leurs activités et donc d’être bien placé dans le cadre d’une incorporation ou d’une coopération
  • de générer de nouveaux débouchés commerciaux soit parce que l’entreprise accompagnée en se développant va utiliser de plus en plus leurs solutions, soit parce que les clients de l’entreprise aidée vont naturellement utiliser les solutions maisons

Le programme Sun Startup Essentials propose les prestations suivantes :

  • des logiciels gratuits
  • des réductions : de 20% à 50% sur l’acquisition de solutions logicielles et ce pendant 4 ans sur les serveurs, les stations de travail et moniteurs Sun et les solutions de stockages.
  • des services gratuits : bénéficier gratuitement du support par email et de la formation sur des technologies et produits sélectionnés afin que les développeurs puissent s’approprier les outils de développement et tendances émergentes. Les experts Startups Ask Sun dépannent toute une série de problèmes de développement urgents et proposent leur assistance pendant 6 mois.

Cadence Design Systems

La société Cadence Design Systems accompagne les startups électroniques. Cette société spécialiste des outils logiciels de conception pour électronique développe un programme d’aide pour les jeunes entreprises innovantes du secteur.

Initié en Israël et au Royaume Uni, le Start-up Accelerator Program vise à donner accès aux startups à tout l’écosystème financier et technique dont elles ont besoin pour se développer et valider leur technologie.

D’autres programmes de ce type sont envisagés chez d’autres éditeurs, qui ont bien intégré ce qu’ils avaient à y gagner : une externalisation de la R&D à moindre coût. Cette démarche leur permet en outre d’élargir leur réseau de partenaires et de clients utilisant leur technologie.

Microsoft

Microsoft avec le programme IDEES. A partir du Microsoft Technology Center basé à Paris, Microsoft met à la disposition des entrepreneurs différents services :

  • assistance technologique
  • support commercial et marketing
  • accompagnement technique
  • soutien à l’internationalisation
  • sessions de formation aux techniques de management

Apple

Apple vient de lancer un fonds (appelé iFund) de 100 millions de dollars pour investir dans les startups qui créeront des applications pour l’iPhone.

Apple va donc jouer un rôle de véritable Capital Risqueur afin de financer de nouvelles applications qui enrichiront l’iPhone et la plateforme iTouch. La société de Capital Risque iFund et son initiateur Steve Jobs ont pour objectif de créer à partir de l’iPhone une industrie (création d’un réseau social, …).

Pour conclure

En conclusion amis développeurs, si vous voulez bénéficier de soutien logistique ou de financement dans votre projet, alors lancez vous en priorité dans des business liés à Facebook, MySpace, Sun, Cadence Design System, Microsoft ou Apple !

A lire également

Les visiteurs qui ont vu cette page ont consulté ensuite :

A savoir

Si vous le souhaitez, vous pouvez être prévenu de la parution de nouveaux articles en vous abonnant par RSS ou par email.


3 commentaires à propos de “Vous connaissez l’appel public à l’innovation ?” :

  1. Petite rectification au niveau d’iFund, ce n’est pas à l’initiative d’Apple mais de Kleiner Perkins (comme indiqué sur la page que tu link), et Steve Jobs n’en est pas l’initiateur même s’il supporte visiblement ce projet. (Comme indiqué également sur la page que tu link)

  2. Même Google en a visiblement saisi l’intéret, avec le concours d’applications pour Android, ou avec le Summer of Code, chaque année.
    Moins médiatiquement, cela fait déja qq années que Google, Yahoo et surement d’autres gros organisent des “barcamps”, des réunions où des développeurs de tous les horizons sont invités (et mis très très à l’aise) pour se voir présenter les nouvelles API et les nouveaux services sur lesquels baser leurs futurs exploits.

    Du crowdsourcing à l’état pur qui aide ces entreprises à affiner leurs API en fonction des besoins des développeurs, à récupérer des idées performantes à très bas prix (cf le projet Enkin http://enkin.net/ qui n’a pas été retenu dans les lauréats du Google dev challenge mais est quand même en train de se faire reprendre sa technologie d’accéléromètre en temps réel.

  3. Donc au fait, on donne de l’argent si on fait quelque chose pour améliorer le produit ? Sympa comme idée ! Pour info, chez Google, il y a un jour par semaine, dédié à la réflection de nouvelles idées de projet :D

Ajouter un commentaire

Les informations obligatoires sont indiquées par une étoile rouge *.



Par contre, il y a encore des trucs qui ne marchent pas. Par exemple il a compris 'DesignS' au lieu de 'Design'.

Articles Récents

Les derniers articles publiés

A Propos

Je m’appelle Stéphane Thomas et je suis Ingénieur Senior expert dans le développement d'applications web complexes. Etant également un peu Entrepreneur, j'ai tenté l'aventure de la création d'un nouveau service Internet appelé Loomiz. Je suis maintenant le cofondateur d'Hitomi Studio, un studio de développement spécialisé dans la réalisation de sites ecommerce haut de gamme pour de jolies marques.

Lire la suite…