Le véritable web 3.0, c’est l’instantanéité

Publié le 08 sept 09 à 07:51 | Catégorie : Web 2.0 | 16 commentaires

En quoi consistera la prochaine étape d’Internet ? Le grand public commence à peine à découvrir et à s’approprier certaines technologies, comme par exemple les fils de syndication, qu’il faudrait dès maintenant passer à l’étape suivante ?

Bon nombre d’utilisateurs n’ont pas encore complètement assimilés tous les nouveaux usages qui sont apparus ces dernières années. Pour preuve, certains ne se rendent toujours pas compte des risques encourus avec la publication de contenu qu’il serait parfois préférable de ne pas étaler en public.

Quand bien même, la prochaine révolution est déjà là. Cela fait quelques temps que je réfléchis à cette problématique et il me semble que cette révolution ne sera ni mobile, ni sémantique. La prochaine révolution, c’est l’instantanéité.

Beaucoup pensent que la multiplication des terminaux mobiles et la convergence vont être des facteurs déterminants dans les années à venir (et pour tout dire, cela fait un moment que ce courant de pensée a vu le jour). Je dois avouer que j’ai toujours du mal à voir comment le fait de greffer des fonctionnalités supplémentaires à un téléphone portable va créer une rupture. La taille des écrans de ces terminaux limitent par ailleurs forcément le type d’application que l’on va pouvoir en faire. La géo localisation et le haut débit vont faire émerger de nouveaux usages, c’est certain. Mais est-ce que cela sera suffisant ?

A l’inverse, le web sémantique a toutes les chances de créer un changement important par rapport à ce que nous connaissons d’Internet. Et à l’allure où vont les choses, où l’on peut retrouver de plus en plus de contenus divers et variés sur la toile, je ne vois pas comment il serait possible de faire sans. Le ratio signal/bruit, c’est-à-dire la proportion des messages pertinents par rapport aux messages inutiles, est déjà très mauvais aujourd’hui. Il faudra forcément trouver un moyen de l’améliorer dans le futur si l’on ne veut pas qu’Internet deviennent une grande bibliothèque inutilisable.

Non, la prochaine révolution, c’est l’instantanéité. Et elle a déjà commencé. Twitter en est bien sûr le plus digne représentant, voir même celui par qui tout a débuté. Et pourtant, comment une simple application où l’on ne peut poster des messages de moins de 140 caractères a-t-elle pu changer autant nos habitudes ? Elle est en train de façonner un monde où le moment présent est roi. En fait, chaque personne dispose aujourd’hui d’un poste de diffusion gratuit et sans limite. Et comme à la radio, ce n’est pas ce qui s’est passé hier qui compte. C’est ce qui se passe maintenant.

Mais à la différence de la radio, cette personne peut également interagir avec ses auditeurs. Cela engendre des discussions, permet de tisser des liens et favorise la naissance de communautés. Twitter lève aussi certaines barrières, probablement à cause de son modèle social dissymétrique. Il est ainsi possible d’entrer en contact avec des personnes que l’on ne pourrait joindre autrement.

Bien sûr, le grand public découvre à peine ce phénomène, mais je suis prêt à parier que le taux d’adoption sera beaucoup plus important que celui des flux RSS. D’ailleurs Facebook, qui sera très certainement le site avec la plus grosse audience mondiale à la fin de l’année, a récemment modifié son interface pour se rapprocher de l’expérience utilisateur érigée par Twitter.

Finalement, peut-être que le mobile à une part de responsabilité dans cette nouvelle révolution. Les terminaux comme l’Iphone nous permettent d’être constamment connectés et nous apportent cette part d’instantanéité. Tout en consommant de plus en plus notre attention.

Heureusement, le web 4.0 du tout sémantique viendra nous aider à faire le tri parmi tous les messages que nous aurons publié entre temps avec Twitter ou Facebook.

Heureusement.

A lire également

Les visiteurs qui ont vu cette page ont consulté ensuite :

A savoir

La rédaction de cet article a nécessité 1 heure et 11 minutes. Si vous le souhaitez, vous pouvez être prévenu de la parution de nouveaux articles en vous abonnant par RSS ou par email.


14 commentaires à propos de “Le véritable web 3.0, c’est l’instantanéité” :

  1. Bonjour Stéphane,

    Excellente question qui a généré bien des articles : qu’est-ce donc que le Web 3.0 ?

    Je dois bien avouer que personnellement je n’ai pas trouvé de réponse convaincante jusqu’à maintenant même si beaucoup d’analyses tendent vers le Web sémantique.

    Ceci dit je fais un peu de veille technologique sur le Web Sémantique mais je ne trouve pas encore d’application miracle qui va révolutionner mon utilisation d’Internet.

    Ma question serait plutôt : que dit le W3C à propos du Web 3.0. Existe-il une définition officielle donnée par des instances officielles ?
    Ma question sous-entend que le Web 3.0 n’est pas qu’un concept marketing.

  2. il n’y a pas vraiment de définition formelle, le terme 2.0 était dejà venu de Tim O-Reilly qui rassemblait sous ce terme pleins de tendances qui trouvaient leur aboutissement à un moment donné (contenu utilisateur etc etc …)
    Le terme 3.0 est encore en beta :p Certains disent “sémantique”, d’autres disent “temps réel”, etc etc
    Moi je pencherai plus comme Stéphane, plus que le coté sémantique, c’est le coté temps réel qui va influer tous les produits du web. Friendfeed & twitter n’en sont que la partie immergée de l’iceberg, l’un est deja célèbre, l’autre a été racheté par facebook.
    Dans le même sens, on voit que Google avec son appEngine permet à tous maintenant de fournir des services autour de XMPP (procole de chat à la base pour faire vite, donc temps réel), cela va donc dans le sens de la banalisation de ce protocole et donc, des services temps réels que tout un chacun pourra plus facilement mettre en place.

  3. Tiens sur le même sujet et en rapport avec le sujet des opens coffes Sophia :
    http://www.readwriteweb.com/ar.....ime_wi.php
    En gros, un blog sur wordpress.com permet la lecture RSS par Push et non plus par poll régulier comme c’est le cas actuellement => On connaitra les articles / commentaires *dès qu’ils seront publiés*

  4. Je pense exactement la même chose.
    L’air nouvelle pour Internet c’est l’air du temps réel.
    Nous rentrons dans une phase d’instantanéité ou les communications web essayent de reproduire une réactivité proche de la communication orale.
    Cet nouvelle air est dors et déjà en place, grâce à des outils comme Twitter ou Netvibes (plus généralement le RSS).

  5. Tiens d’ailleurs encore à l’instant :
    http://www.readwriteweb.com/ar.....me_web.php
    Bon OK , RWW c’est ma bible ;)

  6. Ayant esayé aussi de réponde à cette question (Voir ici), ma vision de la prochaine grande itération du web converge avec la tienne dans le sens où je crois qu’une masse critique de gens aura accès à internet partout (J’imagine que cela va dans le même sens que l’instantanéité). Ceci dit de mon côté je pense qu’il faudrait rajouter à cela des objets connectés. Je penses que le mixe de 1. Internet partout + 2. Objets communicants + 3. Masse critique : donnera naissance à des nouveaux usages et qui donneront eux mêmes naissance à des nouveaux services web ce qui donnera une accélération et un cercle vertueux justifiant l’appellation Web3 ou un autre nom qui indiquera la nouvelle grande itération du web.

  7. salut,
    intéressante réflexion. J’ai le sentiment que Google Wave est la couche qui fera le Web 3.0.

    Avec le web de “datas”, qu’il accompagnera et structurera…

    à bientôt

  8. En fait Nicolas, ce n’est pas vraiment l’appellation ‘web 3.0′ qui m’intéresse ici, mais plutôt la nature du prochain changement significatif.

    Merci Y!onel pour tous ces liens !

    Les objets communicants semblent également une piste très pertinente pour la prochaine grande itération d’Internet. Très bonne idée Salah. C’est l’instantanéité qui prévaut pour le moment, mais nul doute que l’omniprésence d’Internet fera émerger les usages les plus novateurs.

  9. J’ai cogité un peu sur le concept de l’instantanéité, ce qui me dérangait c’est l’impossibilité qu’un être humain soit solicité en temps réel par tous les “signaux” du web même pertinents (tweet de ses amis, newsletter de ses magazines favoris, emails, IM…etc). Je ne crois pas qu’un être humain pourrait supporter ce supplice ;-)

    Ceci dit je crois que l’intégration dans les réseaux d’objets communicants pourrait faciliter l’exploitation de l’instantanéité. En effet avoir un nabaztag, une horloge connectée, un réfrigérateur connecté, un télé connectée, une voiture connectée…etc l’information pertinente pourrait nous atteindre sans nous déranger et avec une façon “friendly” et peut être même au bon moment.

    PS: Et voilà la boucle est bouclée: Internet partout + Objets communicants favorisent l’émergence de l’instantanéité. En me documentant un peu à ce sujet j’ai découvert ce livre de d’Adam Greenfield : Every(ware) qui me semble pertinent dans le cadre de cet échange

  10. C’est une présentation du Web 3.0 selon un concept intéressant. Effectivement l’aspect “mobile” du 3.0 a souvent été évoqué. “L’instantanéité” est peut-être plus juste et plus réaliste, dans le sens ou elle englobe moins les mobiles.

  11. Je pense que l’instantanéité est très importante en effet, mais une information instantanée non structurée présente un intérêt limitée et c’est là que le web sémantique doit jouer son rôle afin de filtrer le bruit.
    Plus on indexe de l’information non structurée de façon instantanée plus il est difficile d’exploiter cette information.

  12. N’avez vous pas l’impression de vivre dans votre bulle ? L’instantanéité voudrait dire que tout le monde est en permanence connecté tout le temps pour pouvoir bénéficier de l’instantanéité. Ne pensez-vous pas que les gens ont une vie ? Que les gens n’ont pas que ça à faire que de raconter leur vie sur le net ? Ou réagir à la vie des autres ?
    L’asynchronisme, lui permet de prendre du recul, de réagir de manière épisodique, de manière réfléchi, …

  13. Le fait que le Web permette maintenant l’instantanéité n’implique pas que l’on veuille cette instantanéité en permanence. Là par ex, je choisis (pseudo) instatanément de te répondre, mais je te rassure, si je n’étais pas déjà en face de mon clavier je ne l’aurai surement pas fait ;)
    Tous les modes d’utilisations du Web coexistent, l’un ne remplace pas l’autre à priori, a chacun de choisir suivant les moments et suivant le type d’utilisation s’il veut de l’instantéinté offerte ou pas.
    Par contre, cette banalisation des technos instantanées amènera son lot nouveau d’usages qui pourront remplacer certains anciens, ou les compéter tout au moins.

  14. Je reviens de San Francisco où j’ai notamment assisté à la conférence Social Capital Markets (http://www.socialcapitalmarkets.net). Il est aussi question là bas de Web 3.0 mais autour d’une idée légèrement différente. On parle de Web 3.0 pour désigner les services 2.0 qui sont capables de générer un impact dans la vraie vie (offline comme ils disent). Par exemple Kiva.org, ou Carrotmob.org.
    Une approche qui peut boucler avec la notion de temps réel et d’instantanéité, mais qui va plus loin, bien sûr, que le simple aspect technologique, et qui illustre l’intuition que désormais, les services web sont capables de modeler le monde à leur image en quelque sorte. Voilà ce que j’ai retenu de l’appellation Web 3.0, suite à un panel très intéressant entre les fondateurs de Kiva.org, Good.is et Carrotmob.org. J’ai fait mienne cette vision car elle épouse bien la logique de l’évolution du web, et préfigure (enfin) le potentiel révolutionnaire de ce média mutant.

Ajouter un commentaire

Les informations obligatoires sont indiquées par une étoile rouge *.


2 rétroliens à propos de “Le véritable web 3.0, c’est l’instantanéité” :

  1. Lomig Unger » Grosse vague
    Le 9 septembre 2009 à 07:24
  2. Les lectures de l’éco-blog #12
    Le 14 mars 2011 à 10:16

Par contre, il y a encore des trucs qui ne marchent pas. Par exemple il a compris 'DesignS' au lieu de 'Design'.

Articles Récents

Les derniers articles publiés

A Propos

Je m’appelle Stéphane Thomas et je suis Ingénieur Senior expert dans le développement d'applications web complexes. Etant également un peu Entrepreneur, j'ai tenté l'aventure de la création d'un nouveau service Internet appelé Loomiz. Je suis maintenant le cofondateur d'Hitomi Studio, un studio de développement spécialisé dans la réalisation de sites ecommerce haut de gamme pour de jolies marques.

Lire la suite…