Pourquoi les startups françaises échouent

Publié le 20 jan 11 à 11:32 | Catégorie : Citations | 9 commentaires

Qu’on arrête de croire qu’on peut faire une startup web avec une armée de stagiaire payés au lance-pierre. Ce n’est pas possible. Qu’on arrête aussi de croire qu’on peut tout délocaliser pour payer moins cher ses développeurs. Cela ne fonctionne pas non plus.

Lire l’article original

A lire également

Les visiteurs qui ont vu cette page ont consulté ensuite :

A savoir

Si vous le souhaitez, vous pouvez être prévenu de la parution de nouveaux articles en vous abonnant par RSS ou par email.


9 commentaires à propos de “Pourquoi les startups françaises échouent” :

  1. Qu’on arrête de décréter des connerie avec un tel aplomb surtout !

    Je dirige une start-up, nous outsourçons 80% de notre dev depuis + de 5 ans (issue d’une R&D locale, elle) et ça marche très bien !!!

    … alors le coup des stagiaires peut être que c’est pas l’idéal… mais pourquoi croyez vous que des structures typées start-up cherchent à minimiser leurs dépenses en RH ???

    LA FISCALITÉ !!! Le voilà le putain de problème en France…

    En 5 années de galère française, mon entreprise s’en sort enfin ! (ça va faire un an qu’on marche plutôt fort). Ben j’ai plus qu’une envie : me barrer et faire profiter un autre pays de notre réussite !

    La France ? Un beau pays de cons oui…

  2. Mais oui Norbert, la faute aux impôts…mais tu fais quoi des 50 ou 60% de marge (et encore, je suis gentil) que prend chaque intervenant sur la chaîne de production de n’importe produit ou service ?
    Effectivement, la France est un pays de cons. Je rajouterai de radins et de rapace.

  3. Aux 2 petits malins précédents :
    Mais tirez-vous, allez jouer ailleurs ! Je ne dis pas que la France c’est le paradis et encore moins pour les entrepreneurs dont je suis. Mais faut pas charrier ! Ayez les c……. de vous expatrier, certains le font. C’est bizarre ils rentrent quand même en France pour se faire soigner, pour la retraite ou les vacances. et ça c’est parce que oui, y a des impôts et donc des services publiques. Facile de cracher dans la soupe une fois qu’on a fait du pognon et qu’on a bien profité de l’enseignement, de la technologie, des aides aux entreprises.
    Allez jouer les esclavagistes en chine ou ailleurs mais faite vite parce que au train ou ça va les salaires seront bientôt les mêmes partout. La on commencera à rigoler et on verra qui apporte une vraie valeur ajoutée ou fait juste du résultat financier. Vous éloignez pas trop quand même, vous aurez peut-être droit au RSA.

  4. Effectivement Bob, je te rejoins et surtout je vais aller un peu plus loin….avec cette mentalité de petits rapaces, ça va me faire 2 stagiaires en plus pour bientôt… (à mon avis, ce seront les seuls que je prendrai en stage)…

  5. Bonjour,

    Pour ma part, meme si les 4 precedents commentaires sont forts dans les propos, je les trouve justes pour chacun d’entre eux. Il est sur qu’en France, nous avons beaucoup de chance, car nous disposons d’un tres bon systeme de sante, de poles innovants et puis, nous sommes une des principales forces mondiales dans une grande majorite de domaine.

    Mais ill existe un reel pessimisme ambiant en France (voir lemonde.fr d’aujourd’hui: http://www.lemonde.fr/internat.....id=1468623). On ne peut nier la lourdeur administrative de nos institutions qui ne facilite en aucun la prise d’initiative et d’entreprise. J’ai fini mes etudes il y a un an, j’ai monte pendant ma derniere annee une petite entreprise que j’ai ferme apres une annee, pour des raisons de temps, d’investissement et de maturite. Depuis un an je travaille au Canada. Et le moins que je puisse dire c’est qu’ici tout est beaucoup plus simple, les gens souhaitent entreprendre, il n’y a pas de frein a la creativite. Si vous vous plantez, vous trouvez un job et un an plus tard, vous pourrez remonter une entreprise, ce qui je pense est tres compliquee en France. Les demarches sont tellement longues et compliquees.

    Je suis tres fier d’etre francais mais ce qui est sur c’est que si j’ai le choix ma prochaine entreprise, je la creerai au Canada bien que je prefererai en France.

    Apres les stagiaires, j’ai fait beaucoup de stages et tout ce que je peux dire, c’est qu’un stagiaire ne remplacera jamais un vrai employe! Cela depend de la strategie de l’entreprise. Il y a une loi qui dit qu’un employe devient reellement productif apres 5000h de travail, donc bon…

  6. Je me suis mal exprimé je crois…L’utilisation du ton sarcastique n’était pas une bonne idée.
    Je lis trop souvent des commentaires jugeant les impôts trop élevés, les fonctionnaires fainéant, etc. d’où le terme radins, alors que dans le même temps, les entreprises du secteur privé (et je suis salarié du privé) font d’énormes marges sur tout ce qu’elles touchent (il nous arrive de faire du + 120% juste sur de la négoce) d’où le terme rapace.
    Je veux pas partir de France !!!

  7. Ho que de hargne !! le sujet serait-il sensible :-)

    Moi je dis oui aux impôts et aux lourdeurs administratives, comme ça plus de difficulté pour créer ou faire vivre une entreprise, donc moins de concurrence :-))))))

    Après pour ce qui est des stagiaires, il y a une très bonne méthodologie à mettre en oeuvre pour endiguer les écueils qu’évoque Pierre Valade, celle d’Eli Semoun, recruter des stagiaires de 25 ans à forte poitrine. Je vous assure, ça change véritablement le quotidien d’un entrepreneur :-))))

  8. Ca se fait quand même beaucoup et j’en ai l’exemple dans mon entourage direct.

  9. Le levier de croissance est dans les PME, pas les boites du Cac40.
    Pourquoi les candidats n’en parlent pas davantage ?

Ajouter un commentaire

Les informations obligatoires sont indiquées par une étoile rouge *.



Par contre, il y a encore des trucs qui ne marchent pas. Par exemple il a compris 'DesignS' au lieu de 'Design'.

Articles Récents

Les derniers articles publiés

A Propos

Je m’appelle Stéphane Thomas et je suis Ingénieur Senior expert dans le développement d'applications web complexes. Etant également un peu Entrepreneur, j'ai tenté l'aventure de la création d'un nouveau service Internet appelé Loomiz. Je suis maintenant le cofondateur d'Hitomi Studio, un studio de développement spécialisé dans la réalisation de sites ecommerce haut de gamme pour de jolies marques.

Lire la suite…